Lettres

Lettres

mercredi 30 novembre 2016

Être inspirée

Bonjour à tous,

Aujourd'hui je souhaitais parler d'inspiration. C'est un peu le mot à la mode en ce moment: on suit des personnes sur les réseaux sociaux, autres que ses amis, pour être inspiré, se motiver. Cependant, je me pose certaines questions: à trop chercher à être inspiré par les autres, n'existe-il pas un risque de se perdre? Et par la suite, comment ne pas tomber dans l'écueil de la comparaison compulsive?

Se comparer fait partie de la nature humaine mais comment mettre une limite? J'ai commencé le sport comme cela, en me comparant: "comment?! Toutes mes copines ont fait la Parisienne et pas moi?!". Et hop, je me suis lancée.

Puis j'ai commencé à suivre des "fitgirls" d'Instagram pour me motiver à aller courir, faire de la gym, etc. Effectivement, j'ai fait plus de sport mais je ne pense pas qu'au début j'arrivais à être inspirée dans le bon sens du terme, c' était plutôt, "si elle y arrive, pourquoi pas moi?".


Ensuite est venue la période, "mais elle a trop de chance de pouvoir faire autant de sport tout le temps, moi j'ai le temps de rien avec le boulot qui me prend la journée". C'est à ce moment là que je me suis dit STOP! Ce n'est plus de l'inspiration, c'est de la comparaison malsaine.

A partir de ce moment j'ai commencé à faire beaucoup plus attention à ma façon de gérer les réseaux sociaux. Je les utilise avec parcimonie et essaie de remettre les choses dans leur contexte "oui elle fait le triple d'heures de sort par semaine que moi mais son boulot c'est coach sportive!". Maintenant ca y est j'arrive à les utiliser de manière constructive et  à effectivement être inspirée. Sans eux, je n'aurais certainement pas fait de semi-marathon!

Et vous, quelle est votre relation avec les réseaux sociaux? Comment les gérez-vous? Qu'est-ce qu'ils vous apportent?

dimanche 20 novembre 2016

Les animaux fantastiques

Bonjour à tous,

Aujourd'hui, je vais vous parler du film "Les animaux fantastiques" que j'ai vu jeudi au cinéma. Étant une grande fan de l'univers d'Harry Potter, mon avis peut être quelque peu biaisé mais je vais tout de même tenter de garde au maximum mon objectivité. Voici donc les bons et mauvais points que j'ai trouvés à ce film.

Ce que j'ai aimé:
- l'acteur principal, Eddy Redmayne! Je l'avais découvert dans le téléfilm des Piliers de la Terre, tiré du livre d'un de mes auteurs préféré Ken Follet. Autant dire qu'il partait avec un avantage. Ce petit avantage mis à part, son jeu d'acteur est très bon et on s'attache très facilement au personnage de Norbert Dragonneau ;
- les clins d'oeil à l'univers d'Harry Potter avec des allusions à certains personnages bien connus: Albus Dumbledore, Grindewald, la famille Lestrange, etc ;
- le personnage secondaire du boulanger qui apporte une touche d'humour à l'histoire.

Ce que j'ai moins aimé:
- je n'ai pas du tout accroché au rôle principal féminin. Je l'ai trouvé un peu vide et peu attachante.
- la faible proportion de magie, le film reste principalement un film d'action

Pour conclure, j'ai beaucoup aimé ce film, on ne voit pas les 2h13 passer. Je le conseille aux personnes qui aiment les films d'actions et aux fans d'Harry Potter

Et vous, avez-vous vu ce film? Êtes-vous tenté?

mardi 8 novembre 2016

Égalité, mythe ou réalité

Bonjour à tous,

Depuis le 07 novembre 2016 à 16h34, les femmes travaillent bénévolement. Cela vient d'une étude sur l'évolution des salaires hommes/femmes et il s'avère que si les femmes gagnaient autant que les hommes, leur année de travail serait finie à cette date-là.

L'égalité homme/femme: je suis un peu partagée sur ce sujet.

Oui, en tant que femme je subis au quotidien le sexisme au travail, cela a commencé à se faire sentir dès mon mariage. Voici quelques-unes des remarques auxquelles j'ai eu droit:
- une jeune mariée n'aura certainement pas envie de prendre un tel poste où des allers-retours en Asie sont fréquents;
- maintenant que tu es mariée, tes priorités ont dues bien changer, et c'est normal.
Et cela s'est exacerbé avec la maternité. A l'annonce de ma grossesse j'ai eu droit:
- enfin, on attendait ça depuis ton mariage.
Puis au fil des jours:
- tu penseras à ta carrière dans 25 ans, ta nouvelle priorité sera ton bébé;
- je sais qu'à ton retour de congés maternité tu me demanderas de partir à 16h car ton bébé te manque;
- maintenant que tu es maman, toute l'affection que tu as dans le coeur ne laisse plus la place pour le travail. (Oui, oui, je vous assure que c'est véridique).


En entendant tout cela, oui je me dis que le monde du travail est encore bien misogyne! On ne pensera pas à moi (du moins la personne qui me dit toutes ces remarques) pour un poste à responsabilité car je suis maman et que par conséquent j'ai d'autres priorités, comme si les papas s'en fichaient de leurs enfants et donc pouvaient se permettre d'avoir une carrière plus prenante. Je trouve cela tout aussi insultant pour eux.

Qui dit poste moins important, dit salaire moins important, certes. En ce sens, nous sommes lésées. Mais à poste équivalent, est-ce que le calcul prend bien tout en compte? J'ai pu m'absenter plusieurs mois pendant mon congé maternité, ma convention collective étant avantageuse pour les mamans. Pendant tous ces mois, bien sûr, j'ai touché mon salaire et je trouve cela normal. Mais en fin d'année, vais-je demander une prime élevée ou une augmentation alors que j'ai été pas mal absente en 2016? Je pense que c'est aussi à ce niveau que se joue la différence. Pour chaque enfant, c'est une année d'augmentation qui passe à côté et une prime plus faible. Est-ce que c'est juste, égal? De fait, c'est nous qui portons le bébé et accouchons,  avons le congé maternité (je ne parle pas de congé parental) alors oui c'est nous qui sommes atteintes niveau salaire...

Je ne cherche absolument à justifier quelconque différence de traitement. Bien sûr en tant qu'être humain, au niveau de l'intelligence, de la capacité de travail, etc, oui nous sommes égaux. Mais de fait, les congés maternité ralentissent notre progression au sein d'une entreprise. Et si nous décidons d'avoir plusieurs enfants, un effet multiplicateur s'ajoute.

Égalité: mythe ou réalité? Au bout du compte je reste partagée... et vous quel est votre avis?